tracker

MENUMENU

Techniques à utiliser pour les investigations approfondies, sondage, prélèvements, analyses d’amiante

Annexe B

  • Préambule

La mission de repérage des matériaux et produits contenant de l’amiante comprend différentes étapes consécutives.

À chacune des étapes, l’opérateur doit envisager d’utiliser tous les moyens à sa disposition pour mener à bien sa mission, tout en respectant son plan d’intervention dans lequel il aura intégré les informations et les contraintes fournies par le donneur d’ordre à l’issue de sa visite de reconnaissance.

B.2                Techniques d’investigations approfondies

B.2.1            Objectif de l’investigation approfondie

En complément de l’inspection visuelle, l’investigation approfondie a pour objectif :

  • d’accéder pleinement à la partie de composant de la construction concernée par le repérage ;
  • de visiter  des  volumes  inaccessibles   pour   constater  la  présence  ou  l’absence  de  composants   de   la

Selon la mission l’opérateur peut :

  • soit réaliser lui-même des actions simples comme des démontages ou déposes de parties de composant ;
  • soit prescrire des actions nécessaires pour s’assurer de l’absence ou de la présence de composants ou parties de composants comme la mise à disposition d’une nacelle, la création d’une ouverture dans une gaine maçonnée, la présence d’un technicien habilité pour visiter une gaine d’ascenseur.

EXEMPLES :

  • démontage d’une trappe de visite ;
  • contrôle des gaines techniques par démolition des maçonneries.

B.2.2            Procédure d’intervention

L’opérateur est seul responsable de la procédure d’intervention retenue et pratiquée. Dans le cas où les investigations approfondies nécessitent l’intervention d’un tiers (entreprise de travaux ou de maintenance), l’opérateur de repérage informe le donneur d’ordre ou les intervenants du risque de présence d’amiante.

La procédure d’intervention doit être adaptée au but de l’investigation approfondie. L’opérateur ne doit pas limiter son intervention à un simple contrôle visuel, ni réduire son programme de repérage. Aussi, il doit prescrire ou mettre en œuvre les moyens nécessaires à la bonne exécution de sa mission.

L’opérateur de repérage rappelle la présence du risque amiante selon les éléments en sa possession.

B.3                Techniques de sondages

B.3.1           Généralités

Le sondage doit permettre de s’assurer de l’homogénéité ou de la nature d’un matériau ou d’un produit.

L’opérateur doit recourir à tout moyen pour réaliser une évaluation correcte et catégoriser sans ambiguïté le matériau ou produit concerné.

Le sondage est effectué dans le respect des prescriptions réglementaires en vigueur et dans des conditions conduisant à une pollution des lieux la plus réduite possible.

Une brumisation ou une imprégnation des matériaux ou produits à sonder est éventuellement pratiquée à l’endroit du sondage. Le secteur où a été effectué le sondage est stabilisé après intervention.

B.3.2           Matériel de sondage

Le matériel de sondage est adapté à l’opération à réaliser. Il doit également générer le minimum de poussières. Par exemple, les instruments à rotation rapide sont à proscrire. Il peut être utile de recourir à des procédés d’aspiration.

Pour chacun des sondages, il est utilisé des gants à usage unique et des outils propres ou soigneusement nettoyés afin d’éliminer tout risque de contamination croisée. Les outils utilisés pour les sondages doivent être dans la mesure du possible à usage unique. Lorsque cela n’est pas possible, il faut prévoir un processus de nettoyage de la totalité de l’outil (y compris le porte-lame) car une contamination d’un matériau à un autre peut se faire très facilement.

B.3.3           Traçabilité

Pour permettre une parfaite traçabilité ainsi que leur comptabilité, les sondages peuvent être repérés sur le schéma de repérage.

En cas d’accord spécifique entre le Donneur d’Ordre et l’Opérateur de repérage, les sondages peuvent également faire l’objet d’une signalisation in situ par la pose d’une marque ou d’une étiquette permettant le recoupement ultérieur des données. Ils peuvent également faire l’objet d’un reportage photographique permettant de situer l’environnement proche du sondage.

B.4                Techniques de prélèvements

B.4.1           Généralités

Le prélèvement est effectué dans le respect de l’Annexe A, des prescriptions réglementaires en vigueur et dans des conditions conduisant à une pollution des lieux la plus réduite possible.

Le prélèvement doit concerner tout ou partie de l’épaisseur des matériaux selon les prescriptions du 4.4.6. et   de l’Annexe A.

Le matériel de prélèvement est adapté à l’opération à réaliser afin de générer le minimum de poussières.       Par exemple, les instruments à rotation rapide sont à  proscrire.  Il  peut  être  utile  de  recourir  à  des  procédés d’aspiration.

Une brumisation des matériaux ou produits à prélever par de l’eau est éventuellement pratiquée à l’endroit du prélèvement. Le secteur où a été effectué le prélèvement est stabilisé après intervention.

NOTE Il est conseillé d’utiliser de l’eau car certains produits d’imprégnation peuvent modifier les caractéristiques des fibres d’amiante et perturber les analyses. En cas d’utilisation desdits produits, il est demandé d’en informer le laboratoire par le biais de la fiche d’accompagnement.

Pour chacun des prélèvements, il est utilisé des gants à usage unique et des outils propres ou soigneusement nettoyés afin d’éliminer tout risque de contamination croisée. Les outils utilisés pour les prélèvements doivent être dans la mesure du possible à usage unique. Lorsque cela n’est pas possible, il faut prévoir un processus de nettoyage de la totalité de l’outil (y compris le porte-lame) car une contamination d’un matériau à un autre peut se faire très facilement.

B.4.2            Quantité prélevée

L’échantillon doit être suffisant pour permettre une description macroscopique, une analyse et une contre-analyse.

Dans le cas de matériaux associés ou adjacents (exemple : dalle + colle + ragréage), chaque matériau ou produit est, dans la mesure du possible, conditionné séparément lors de l’échantillonnage sur site pour éviter les risques de contamination et prélevé en quantité suffisante pour chacun des constituants.

B.4.3            Conditionnement et acheminement

Le conditionnement individuel et sous double emballage étanche à l’air (sacs plastifiés ou tubes fermés) est réalisé sur site. Le transport des échantillons doit être réalisé en conformité avec la réglementation.

B.4.4            Traçabilité

L’identification est portée de manière indélébile sur l’emballage dès le prélèvement réalisé. Une fiche d’accompagnement, reprenant l’identification, est transmise au laboratoire.

Pour permettre une parfaite traçabilité ainsi que leur comptabilité, les prélèvements sont repérés sur le schéma de repérage.[/su_panel]

B.4.5            Déchets

L’élimination des équipements de protection individuelle, du matériel de nettoyage et de tout autre déchet issu du repérage doit être réalisée en conformité avec la réglementation.

B.5                Analyses en laboratoire

B.5.1            Généralités

Conformément aux prescriptions du Tableau A.1 de l’Annexe A, et en fonction de sa stratégie d’échantillonnage, l’opérateur choisit les échantillons à envoyer à un laboratoire qui pratiquera des analyses sous accréditation COFRAC ou équivalent, dans le cas des missions réglementaires et notamment mission «DTA», «vente», «DAPP»,  «DT» et «avant démolition».

Il en informe le donneur d’ordre.

B.5.2            Fiche d’accompagnement

La fiche d’accompagnement transmise au laboratoire est conçue comme un document de liaison entre l’opérateur de repérage et l’analyste. Elle comprend au minimum les informations suivantes :

  • le nombre total d’échantillons livrés ;
  • la liste des échantillons identifiés individuellement par un code alphanumérique ;
  • le numéro du dossier ou le numéro de la commande ;
  • le nom et adresse du demandeur de l’analyse et de l’auteur du prélèvement ;
  • la date du prélèvement et la date de l’envoi ;
  • lorsque l’échantillon contient un matériau multicouche, la définition du matériau (texture, couleur) ainsi que sa description par couche ;
  • le cas échéant, la nature du produit utilisé pour la brumisation ;
  • et toute autre exigence réglementaire.

B.5.3           Vérification des rapports d’essais de laboratoires

L’opérateur de repérage vérifie dans un premier temps :

  • que chaque analyse de couche a été réalisée sous accréditation dans le cas des missions réglementaires, et notamment mission «DTA», «Vente», «DT» et «démolition» ;

NOTE 1    Chaque analyse de prélèvement non réalisée par couche doit être justifiée par le laboratoire.

NOTE 2    Chaque analyse de prélèvement réalisée hors accréditation COFRAC doit être justifiée par le laboratoire.

  • la cohérence entre la description de l’échantillon présentée dans le rapport du laboratoire et les informations en sa possession relatives au prélèvement ;
  • le nombre de résultats par rapport au nombre d’échantillons et de couches suivant la demande du prescripteur ;
  • dans le cas des couches déclarées comme non fibreuses par le laboratoire, si les résultats de la recherche d’amiante en microscopie optique sont négatifs, que le laboratoire a procédé à une analyse complémentaire en microscopie électronique. Le choix de la méthode reste de la responsabilité du laboratoire ;
  • la présence de réserves formulées par le laboratoire suite à des travaux d’essai non

L’opérateur de repérage vérifie la cohérence entre les résultats fournis par le laboratoire et les informations recueillies lors des étapes préalables de la mission de repérage. En cas de doute, il procède à des investigations complémentaires.